intelligence collective

Quand le lien social contribue à l’intelligence collective.

Temps de lecture : 1 minute et 46 secondes

Force est de constater qu’aujourd’hui le lien social dans l’entreprise est souvent laissé pour compte, au profit du productivisme, de l’objectif et du résultat.

Pourtant quelle est la force brute d’une entreprise ? C’est son lot de talents, de compétences dont est doté chacun d’entre nous. Cette force est le cœur même d’une culture d’entreprise efficiente et pérenne. C’est le point de base de l’intelligence collective.

L’individu comme point de base de l’intelligence collective

Je me reconnais dans l’autre en communiquant avec lui.

Voici l’adage auquel nous adhérons tous, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle. Créer du lien, c’est partager des valeurs mutuelles, mener des actions communes et avoir confiance en l‘autre.

L’organisation de l’entreprise affecte ce processus social soit en le stimulant : par exemple, prendre le temps de connaitre un collaborateur via des espaces collectifs dédiés aux pauses, soit à l’inverse en le réduisant. Dans ce dernier cas, on peut citer l’excès de procédures, le manque d’autonomie personnelle… Par exemple, la communication intranet via les courriels remplace à tord  la rencontre et le véritable échange avec son collègue.

L’entreprise est une communauté aux multiples interactions

Chaque salarié (individu) peu importe sa place dans l’organigramme est une composante essentielle au bon fonctionnement de l’entreprise.

Et pour que tout fonctionne bien, il est nécessaire que les interactions entre les individus soient bienveillantes afin de fédérer les idées et les stratégies envisagées.

Et ce sont les choses simples qui marchent le mieux.

Par exemple en tant que manager, ai-je eu ma dose de liens aujourd’hui ? Est-ce que j’ai amélioré des liens existants et tenté d’en créer de nouveaux ?

A contrario, lorsque les interactions sont parasitées par des comportements individuels non constructifs, la communauté de l’entreprise en souffre et entraîne les prémices des RPS. L’organisation de l’entreprise devient bancale et ne peut plus conserver ses marchés, anticiper les actions concurrentes, stimuler son développement et sa recherche et entretenir ses relations clients.

Comment nourrir l’intelligence collective dans l’entreprise ? 

Comme vous avez pu le lire, il s’agit de mettre à l’honneur tous les acteurs de l’entreprise (du salarié aux actionnaires compris) :

  • Cultiver des valeurs communes :

Des salariés qui adoptent les mêmes valeurs vivent en confiance les uns avec les autres. C’est autant de liberté de gagner face à des procédures énergivores et contraignantes. Ces valeurs transpirent dans la communication interne et externe de l’entreprise.

  • Libérer l’intelligence individuelle :

Pour libérer l’intelligence individuelle, il faut responsabiliser l’individu face à lui-même et à son équipe. On parle d’éthique professionnelle.

  • Savoir entendre et partager

Pour responsabiliser l’individu il faut savoir l’écouter et partager avec lui : c’est ce que nous appelons l’écoute active.

Par exemple :  s’intéresser à l’autre par le biais du travail en s’intéressant à ses méthodes de travail – comment a fait l’autre ?

Il s’agit de prendre du temps et d’être curieux.

 

Pour aller plus loin découvrez cet article sur : l’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant.

A propos de l'auteur :

CONSULTANTE RH et PSYCHANALYSTE, j'accompagne les femmes et les hommes de vos équipes pour un mieux vivre ensemble au travail.

a écrit 23 articles sur le blog du cabinet RH.