ressources humaines

L’entreprise 3.0, des Ressources Humaines au Relations Humaines !

Temps de lecture : 2 minutes et 38 secondes
 Comment l’entreprise peut-elle accompagner positivement les empreintes de nos nouveaux modes de communication qui commencent à modifier nos êtres en profondeur ?

Nos champs professionnels, sociaux et personnels fonctionnent désormais tous avec ces nouveaux modes de communication que sont les mails (remplacés par les chats plus rapides pour les groupes projets), les textos, les réseaux sociaux etc…

Ces outils accélèrent les échanges et induisent une interactivité en continue. Ces accélérations ont concomitamment construit une exigence de réactivité qui explose dans le monde de l’entreprise où nous avons vu se développer, ces dernières années, l’effacement des cloisons entre vie pro et perso : être réactif tout le temps tendrait à nourrir cette illusion d’une image forte, équilibrée, contrôlée, investie, dans une maîtrise parfaite de ses fonctions.

Chaque salarié devient un collaborateur connecté

Ces effacements possibles grâce à nos machines connectées, ont modifié de différentes façons nos rapports au travail : émergence positive du travail à distance (je travaille à mon rythme sur des horaires qui adoucissent ma vie privée) qui continue à s’inclure très positivement dans toutes les organisations de travail de nos entreprises, mais qui a pu également contribuer à accélérer les formations des pathologies du burnout ! Heureusement nos CHSCT et nos politiques ont travaillé pour réduire ce fléau et, à ce jour, aucun chef d’entreprise ne peut penser ses organisations sans parler de prévention des RPS et de bien-être au travail.

Peu à peu, nous « gérons » nos agendas privés, pro, sociaux de la même façon. Peu à peu, nous gardons l’outil du téléphone « quand cela est important », car nos « conversations avec l’inanimé » par textos, mails etc…. ont de grands avantages : elles nous laissent le temps de la pensée (on peut relire, réfléchir, rectifier… Bref toujours donner le meilleur de nous, de l’image que nous voulons véhiculer).

Contrôle, efficacité, pas d’interaction affective qui pourraient venir perturber cette exigence ! Pas de demande, pas d’infraction affective en direct, qui exige une improvisation brillante ! Ces outils nous évitent la « rencontre » avec la voix de l’autre, avec la nôtre, avec le corps de l’autre en créant un espace où les affects sont « sous contrôle ». (je ne parle pas ici, bien sûr, des personnes qui se servent des réseaux divers pour exprimer haines ou autres sur les toiles, à destination du plus grand nombre).

Ces avantages, qui répondent savamment aux nouvelles exigences des entreprises et à des choix plus éclectiques et plus singuliers de nos vies personnelles, ne risquent-ils pas pour autant nous éloigner peu à peu de la Relation Humaine ? Des entreprises n’ont elles pas déjà recommandé à leurs salariés de diminuer les communications via ces outils pour réinitialiser le contact avec son voisin de bureau en constatant une augmentation du stress au travail et d’un mal-être grandissant ?

Quels peuvent être les effets négatifs de cet éloignement des rencontres avec les autres ou l’Autre?

Nouveau défi pour les Ressources Humaines 3.0 : combattre la distanciation relationnelle

C’est dans et avec les autres et l’Autre, radicalement différent, que nous éprouvons et ré-éprouvons sans cesse, remanions, malaxons, structurons nos diverses identifications, nos identités et accédons pleinement ce qui s’avère essentiel pour tous : vivre un lien empreint de tolérance, respect, reconnaissance des différences et d’attention aux autres soit l’altérité ou une réelle rencontre.

Emmanuel Lévinas parle de : « la découverte qu’on est responsable de l’Autre » et que donc s’établit par l’altérité « un engagement réciproque » . Et cette rencontre là ne peut se produire que par l’accueil de l’autre.

Ce sentiment puissant d’altérité est ainsi le socle du lien social. Si nous cessons de l’éprouver, nos liens commencent alors à se construire en méfiance, crainte, peur, rejet etc… Ce qui automatiquement va faire grandir le mal-être.

Aujourd’hui, nombre de Directions font tout simplement preuve de « bon sens » en mettant en place des outils, comme les APP, pour combattre les effets de distanciations relationnelles que construisent les nouvelles technologies.

Des « espaces de paroles » peuvent être proposés tout simplement pour que les salariés, quels que soient leurs fonctions se retrouvent et échangent pour rétablir cette rencontre avec l’Autre.

Également, l’outil de l’improvisation théâtrale séduit de plus en plus de Direction des Ressources Humaines en séminaire ou en ateliers/formation. En effet l’improvisation théâtrale, est basée sur « je construis avec ce qu’apporte l’Autre, les autres, je l’accueille, positivement, avec ouverture, joie et enthousiasme!! », ce qui n’empêche en aucun cas débats, confrontations et défenses de nos idées et identités.

 

Photo by rawpixel.com

A propos de l'auteur :

CONSULTANTE RH et PSYCHANALYSTE, j'accompagne les femmes et les hommes de vos équipes pour un mieux vivre ensemble au travail.

a écrit 18 articles sur le blog du cabinet RH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *